Les Migrants

Plusieurs lecteurs de cette Lettre m'ont demandé il y a quelques mois d'écrire sur la situation des migrants en Europe et son impact prévisible sur la région. En fait, je n'ai pas vraiment réagi à ces demandes, car je ne voulais pas me presser et j'ai préféré attendre et voir comment la situation évoluait.


Mais je crois qu'il est maintenant temps d'écrire quelques réflexions sur cette question, comme toujours basées sur une approche analytique de la réalité et une utilisation maximale du bon sens, même si elle n'est pas en ligne avec le courant "politiquement correct "!


Les lecteurs qui me connaissent personnellement depuis de nombreuses années sont parfaitement conscients que je suis loin d'être un suprématiste blanc. J'ai toujours été indifférent aux différences de race, de couleur, de forme ou de croyance. Ce qui m’intéresse, c'est ce que les gens disent (sans toujours les croire) et plus important encore, ce qu'ils font.


Il y a plusieurs années, probablement encore naïf, je pensais que les voyages faciles et la "Mondialisation" conduiraient à l'émergence d'un mélange global des races et des cultures. Mais cette vision s'avère très irréaliste et pour de nombreuses raisons. Nous devons d'abord apprendre de l'histoire, quelque chose que beaucoup de gens semblent être incapables de faire ou refusent de faire de nos jours.


Le premier pays du quel nous pouvons apprendre sont les Etats-Unis. Blancs, noirs et latinos ont vécu à côté l'un de l'autre depuis des siècles maintenant, mais la nation américaine vit encore dans des silos raciaux, de nombreuses années après la fin officielle de l'esclavage et des politiques ségrégationnistes. En regardant les statistiques du recensement des États-Unis sur les mariages mixtes, l'image est la suivante. Les services du recensement suggere de doubler le taux de couples interraciaux pour tenir compte des couples non mariés non-documentés.


Mais même après cette correction, le taux de mariages mixtes est encore assez faible, en particulier entre la population noire et blanche, bien qu'ils aient partagé la même terre, culture, langue et dans la plupart des cas la même religion depuis des siècles.


Un autre exemple pour apprendre de notre histoire est la France.La première migration des temps modernes vers la France a eu lieu dans la seconde partie du XIXe siècle, avec des personnes quittant les régions italiennes (principalement du Nord) en difficultés économiques. Les vagues suivantes de migrants économiques sont venues d'Espagne, du Portugal et de Pologne au milieu du XXe siècle, et enfin la vague venant du Maghreb, essentiellement après la seconde guerre mondiale.




Migrants Italiens arrivant en France



Les médias en Europe ont tendance à utiliser ces vagues d'intégration plutôt bien réussies (bien que la vague du Maghreb n'ait jamais été complètement intégrée) pour prouver que la vague actuelle de migrants en provenance d'Afrique et du Moyen-Orient ne peut être qu'un succès similaire.


Une telle supposition est toutefois très trompeuse pour beaucoup de raisons. Revenons à la migration italienne à la fin du XIXe siècle, un phénomène que je peux étudier de près en travaillant sur mes antécédents familiaux.


Les italiens qui arrivaient en France avaient en fait un grand terrain commun culturel et religieux avec le français "locaux" les recevant dans leur communauté. Ce n'est pas limité à la religion (les deux groupes étaient catholiques), ou à une langue de la même famille linguistique. Les similitudes dans les noms sont également frappantes. De nombreux habitants des régions Rhône-Alpes étaient appelés Thomasson, Levrat ou Andruetan, tandis que les nouveaux arrivants comptaient de nombreux Tomassone, Levra ou Andruetto. Ce qui s'est passé était beaucoup plus proche de la ré-unification de la même famille, unie quelques siècles plus tôt sous la bannière du Piémont-Savoie. L'assimilation de ces migrants était en fait une question d'une ou deux générations, avec les mariages mixtes devenant rapidement très fréquents. Les français ont souvent appelé les nouveaux venus "les ritals " ou "les macaronis", mais avec un ton plus proche de l'ironie que du racisme.


La vague portugaise a elle aussi pris peu de temps pour s'intégrer pleinement, aussi favorisée par une religion commune et des langues de la même famille. La vague polonaise s'est également relativement bien intégré pour les mêmes raisons, à l'exception de la langue d'une famille linguistique différente, mais le nombre de ces migrants a été beaucoup plus faible et leur niveau élevé de professionnalisme a aussi aidé (beaucoup de migrants ont quitté les mines de charbon de Pologne en difficulté pour travailler dans l'industrie charbonnière alors en plein essor dans le nord de la France). Les sociétés charbonnières françaises, ayant un besoin désespéré de mineurs expérimentés, ont en fait été le principal moteur de cette vague d'immigration.


Les vagues migratoires en provenance d'Afrique du Nord se sont développées selon un mode complètement différent, où des ouvriers masculins ont été amenés dans le pays pendant le boom économique et de construction qui suivit la fin de la seconde guerre mondiale, et ont d'abord vécu dans les conditions très précaires, envoyant tout l'argent à la maison pour nourrir leurs familles restées au pays. Ils vivaient souvent dans des bidon-villes, un problème réglé plus tard par les autorités françaises avec la création de logements de base pour les migrants. Jusqu'aux années 70, les familles ne pouvaient pas facilement rejoindre le père travaillant en France, et donc absolument aucune intégration ne pouvait se produire. À partir des années 70, les familles ont également déménagé en France (regroupement familial), et le nombre de migrants a augmenté rapidement, non seulement la force de travail masculine, mais aussi les femmes et les enfants.




Famille de migrants algériens (années 60)


L'analyse du taux de mariage mixte en France est assez compliquée et a peut être été faite en détail par quelqu'un (si vous connaissez ce type d’étude, dites-le moi!). La raison de cette difficulté est que les statistiques officielles sont fondées sur la nationalité des nouveaux mariés, mais non sur leur origine (la race ou la religion est ignorée par la loi dans les documents officiels en France). En bref, cela signifie que si les deux nouveaux mariés ont un passeport français, cela n'est pas considéré comme un mariage mixte, même si l'un d'eux est blanc et l'autre d'Afrique noire. Au contraire, un fiancé avec un passeport algérien épousant une fille d'origine algérienne mais détenant un passeport français est considéré comme un mariage mixte. En outre, la loi en France donne la nationalité française à toute personne née sur le territoire français, avec l'effet secondaire de transformer tous les migrants en citoyens français réguliers après une génération, du moins sur le papier!


Bien que le taux de mariage interracial en France semble plus élevé qu'aux États-Unis, tirer des conclusions est difficile en raison des commentaires ci-dessus. La grande quantité de parents célibataires en France rend également difficile la compréhension du niveau d'intégration.


Cependant, et basé sur mon expérience personnelle et celle de mes amis, tout mariage inter-culturel introduit un certain nombre de malentendus et de difficultés supplémentaires au sein d'un couple, qui peuvent rester au niveau du détail, mais peuvent aussi rendre la vie très difficile ou être un obstacle insurmontable dès le départ. Plus il y a de points communs entre les deux cultures, plus grandes sont les chances d'une intégration réussie. Les langues différentes sont un obstacle clair, mais pas le plus critique. Les éléments les plus importants sont la façon dont les deux cultures considèrent les principes clés de la vie, comme: le rôle des parents dans la famille, la relation entre les parents et les enfants, la place de la religion, la relation avec les générations précédentes, le jeu de rôle masculin/féminin, les règles morales, les règles sexuelles et autres. Ce sont les clés qui ouvrent la porte à l'intégration ou la porte conduisant a la dislocation sociale. Il n'est pas question ici de juger qui a raison ou tord dans ses choix. Les positions absolues de chacun ne sont pas importantes - les différences le sont!


Pour la plupart des éléments énumérés ci-dessus, les migrants italiens et les autochtones avaient des positions presque identiques au milieu du XIXe siècle. Les migrants d'Afrique du Nord ont bien sûr eu beaucoup moins de terrain commun pour s'intégrer avec les natifs français, mais ils avaient beaucoup plus de chances de s'intégrer dans les années 50 et 60 qu'aujourd'hui, car leur société d'origine était alors en cours de sécularisation rapide, un mouvement stoppé net depuis dans beaucoup de pays musulmans. Une partie d'entre eux s'est d'ailleurs intégrée avec succès.


Pour en revenir aux récentes vagues massives de migrants, l'écoute des médias occidentaux donne une impression d'incompétence totale et d'absence de bon sens et/ou de manque total d'honnêteté. Quand les gens disent que le flux de migrants en provenance d'Afrique et du Moyen-Orient est une chance pour l'Europe et sera intégré comme les italiens il y a un siècle, une simple analyse a base de bon sens devrait mettre toutes les lumières au rouge, mais il semble que les populations sont daltoniennes! Dans les détails:



- L'Europe a besoin de plus de personnes et de forces de travail moins chères.


Comment cet argument peut-il être utilisé sérieusement lorsque le niveau de chômage en Europe est encore très élevé, après que de nombreux emplois aient été transférés en Asie au cours des deux dernières décennies. Qu'est-ce qu'ils imaginent? Que les emplois seront ramenés en Europe et les travailleurs asiatiques remplacés par la vague migratoire actuelle? Et qu'en est-il des avertissements répétés par les leaders d'opinion, disant qu'une grande partie de la main-d'œuvre sera remplacée dans quelques décennies par des robots (d'ailleurs beaucoup plus disciplinés et gérables que les migrants actuels...)? Pas de consistance, ni d’honnêteté, comme d'habitude.


- le métissage des cultures enrichira l'Europe.


Comme nous l'avons déjà dit, le point n'est pas dans cette lettre de discuter le niveau ou la valeur intrinsèque de chaque culture, race ou religion, mais de pointer vers la vraie question, qui est les différences entre elles, rendant l'intégration presque impossible. Comment pouvons-nous dire sérieusement, comme je l'ai entendu à maintes reprises dans les médias occidentaux, que les migrants devraient être intégrés rapidement et sans heurts? Ces personnes (et encore aucun jugement ici) ont une échelle de valeurs complètement différente de celle des européens occidentaux. La plupart des valeurs presque sacrées des européens d'aujourd'hui -la liberté sexuelle (LGBT etc), le code vestimentaire, la religion considérée comme une vieille tradition à utiliser 3 fois dans la vie au mieux, le statut des femmes, etc- sont en effet complètement en contradiction avec les valeurs de la plupart de ces migrants, issus de sociétés où, par exemple, être gay peut signifie la prison ou la mort.


Croire que de tels groupes vivant dans des mondes mentaux complètement différents peuvent fusionner en harmonie est à nouveau un signe d'incompétence ou de malhonnêteté. Une telle croyance se rapproche d'une idéologie pure. Comme à l'époque soviétique, lorsque la direction soviétique a salué le nouvel homme généré par le communisme soviétique, "l'homo sovieticus ", l'Occident semble croire à l'apparition d'un nouvel homme multi-culturel européen, "l' Homo Consumens " comme dirait Erich Fromm, un nouvel homme sans racines ni valeurs, libre d'adorer l'idole que sont les "Marchés", de consommer, consommer et consommer ad noseum. Mais les deux hommes idéaux auront le même destin, réunies dans les poubelles de l'histoire.















Homo Sovieticus Homo Consumens



Nos idéologues de la dissolution culturelle, comme toujours, refusent d'écouter le passé et l'histoire. Chaque fois qu'une évolution sociale est forcée et imposée, la contre-réaction vient toujours, et est soit très puissante si elle peut se développer, ou doit être éliminée par une répression effrayante, comme dans les années 20 et 30 en Union soviétique.


La réaction est seulement en train de se développer et nos politiciens semblent être surpris (vraiment?) que des partis "populistes" gagnent lors d'élections récentes. Mais je suis désolé, vous pouvez être en colère ou heureux que ces partis arrivent au pouvoir, mais surpris ne devrait pas être une option. La tendance se poursuit et ramène l'Europe de nombreuses décennies en arrière. Verrons-nous une opposition très forte et gagnante aux vagues migratoires, apportant avec elle la fin de l'ordre néo-libéral actuel, ou une «intégration politiquement correcte» sous une règle de fer?


Je ne risquerai pas un pari, mais dans tous les cas je pense que ces migrants sont condamnés, et seront renvoyés manu-militari soit pour ne pas être assimilables dans le cadre des sociétés européennes, soit pour ne pas être assez dociles pour devenir de bons consommateurs!


Mais ce qui précède n'est que le côté rose et optimiste de la médaille, et repose sur l'hypothèse que les migrants actuels peuvent être entièrement comparés aux anciens migrants, comme les italiens, les polonais, les Algériens qui ont déménagé en France, ou aux Turcs qui ont déménagé en Allemagne dans les années 60 , des gens qui cherchaient une vie meilleure sans plus. Mais malheureusement, beaucoup de questions sont encore ouvertes sur ces migrants et suscitent beaucoup d'inquiétude.


L'une des questions est liée au comportement ambigu des médias et des dirigeants européens. Par exemple, et depuis le début de ce flux de personnes en Europe, beaucoup d'entre eux, comme ceux dont les médias parlent surtout, viennent de régions déchirées par la guerre. Dans ce cas, le terme utilisé devrait être «réfugié», et non «migrant». Le mot migrant implique un déménagement permanent, tandis que le terme réfugié implique que les gens sont venus pour sauver leur vie, mais avec l'intention de revenir chez eux lorsque la situation s'améliorera.


Une autre question fondamentale est l'absence totale de contrôle des personnes entrant dans la Communauté européenne. Toutes les migrations précédentes on eu lieu sous le contrôle des autorités (même les boat-people vietnamiens dans les années 70), tandis que cette fois, tout contrôle a été pratiquement disparu, de sorte que n'importe qui peut entrer. Sachant que beaucoup de ces migrants viennent de régions où l'Islam extrémiste s'est très bien développé au cours des 20 dernières années, pas besoin d'être un visionnaire pour comprendre qu'une partie d'entre eux sont touchés par une telle idéologie, et que leur fondamentalisme ne s'est pas évaporé après avoir touché les côtes de Grèce ou d'Italie! Si l'Europe a déjà un problème (du moins dans certains pays) avec l'Islam extrémiste qui s'est développé au sein de la population migrante existante, un tel afflux est loin d'être souhaitable.


Bien sûr, certains de ces migrants sont authentiques et méritent l'aide de l'Europe, mais combien, et où sont-ils? Après l'échec des autorités européennes à contrôler et à organiser le transfert de ces individus, personne n'a de réponse à cette question.


Tout cela ne semble malheureusement pas de bonne augure, et les chances que la situation évolue vers un véritable conflit armé entre les communautés ne doivent pas être ignorées. Les dirigeants européens planifient-ils un tel conflit interne pour soutenir leur intérêt? Je ne le pense même pas. Je crois simplement qu'ils ont de nouveau juste prouvé leur incompétence complète et le manque de compréhension du monde réel, un endroit qu'ils n'ont apparemment jamais visité.













Who's Behind The Blog
Recommanded Reading
Search By Tags
Follow "THIS JUST IN"
  • Facebook Basic Black

© 2023 by "This Just In". Proudly created with Wix.com